LES ORIGINES DU CHEVAL MINIATURE

 

 

Vers 1950, en Argentine : Croisements entre Criollos (140 à 152 cm) et Shetlands (jusqu’à 107 cm), initialement venus d’Europe par bateau.
En  1980,  Falabella : dépôt de la marque par la famille Falabella.

De 1950 à 1971  aux USA :  Croisements entre Shetlands Américains  et Falabellas.
1971 :  date création AMHR    /    1978 :  date création AMHA
En 20 ans (1978-1998), 87.000 Chevaux Miniatures environ ont été enregistrés à l’AMHA, 86.000 Chevaux Miniatures seraient enregistrés à l’AMHR.
En 1998 : près de 10 000 naissances par an

Vers 1995 …..   Retour des Minis  sur le Vieux Continent Europe
En Angleterre : Croisements entre Shetlands GB, Américains et Falabellas importés des USA et de l’Argentine. Création du BMHS.

En France,  entre 1995 et 2015, pendant 20 ans : Croisements entre ces races importées des USA, de GB et de Hollande.
20 ans de no man’s land ! jusqu’à la reconnaissance de la race Cheval Miniature  en 2015 par le Ministère de l’Agriculture qui créé
LE STUDBOOK du CHEVAL MINIATURE FRANÇAIS

Partis il y a quatre siècles en bateau d’Est en Ouest, les chevaux sont revenus au 20ème siècle en avion d’Ouest en Est, miniaturisés… ! Curieuse histoire !

LES ORIGINES EN IMAGES

LE FALABELLA

Une partie des chevaux Andalous amenés puis abandonnés par les Espagnols au 16ème siècle sur le continent Sud Américain, sont retournés à l’état sauvage et deviennent des chevaux de pampas.
Pendant quatre siècles, en s’adaptant à l’alimentation et à l’aridité du climat, les chevaux se sont reproduits sur de grands espaces en réduisant leur taille, tout comme l’ont fait leurs cousins des îles Shetland, ainsi que bien d’autres espèces encore (théorie de l’évolution de Darwin).
La famille FALABELLA, après avoir sélectionné et acquis de très petits chevaux indiens proportionnés, les a croisé avec de petits Shetland et autres petits équidés Européens, pour parvenir à établir la race définitive portant son nom.
L’élevage des Falabellas se pratique de façon extensive et se fait en pleine Pampa : cela confère à ces équidés une nature rustique, une bonne capacité d’adaptation et un caractère peu perverti par l’homme.

LE MINIATURE ANGLAIS


Le Miniature Anglais, surnommé Toyhorse dans les années 1995 (nom d’élevage-croisements de falabellas et minis shetlands) et le Miniature Américain ont en fait les mêmes souches.
C’est un mélange du sang anglais des Shetland, avec le sang des chevaux de mines hollandais (les Pit-ponies : apport de Gotland, de Welsh, eux-mêmes issus du Tarpan, qui lui est considéré comme l’ancêtre de toutes les races de type léger actuellement vivantes).
Le vieux continent Europe est, en fait, le berceau de leurs racines communes.
On retrouve les traces de petits chevaux à la Cour Royale d’Angleterre, au 16ème siècle, où ils étaient élevés pour l’agrément et le plaisir des petits Princes.
On note en 1865, dans un journal anglais, le “Gentleman’s Magazine”, l’arrivée en Angleterre d’un petit étalon noir de 76 cm en provenance du Bengal, lequel aurait joué un grand rôle dans le rapetissement de la race.

LE CHEVAL MINIATURE AMÉRICAIN

Fin 19ème siècle, un certain nombre de ces petits chevaux Anglais et Hollandais, furent exportés aux USA et utilisés dans les mines de charbon des Appalachees jusque dans les années 1950.
Il faut attendre 1978 la création du StudBook des Chevaux Miniatures et l’apparition ainsi d’une race standardisée.
On constate donc que la dispersion mondiale des “Minis” a permis leur multiplication en nombre, principalement sur les deux Amériques, la Grande Bretagne et les Pays-Bas.
Plus de 180.000 Chevaux Miniatures sont enregistrés aux États-Unis avec une moyenne de 10.000 naissances par an.